Le déroulement d’une diversification

Pour la réalisation d’un nouveau projet, il est très important de réaliser des études de viabilité et faisabilité. En effet, cela permet d’organiser au mieux la gestion de projet et ainsi éviter un échec. Pour s’en assurer, il est conseillé de faire une analyse en trois phases, viabilité technique, commerciale/marketing et financière.

L’analyse de la viabilité et la faisabilité doit être au centre de l’analyse, les deux autres phases sont basées sur celle-ci. C’est à ce moment qu’on étudie les technologies qui vont être utilisées, les méthodes d’industrialisation, etc. Afin de trouver le meilleur compromis pour ne pas diminuer le coût de revient, il ne faut évidemment pas oublier de faire en parallèle une analyse de la législation. Il faut prendre en compte les textes de loi.

Une fois le produit correctement déterminé et conceptualisé, il faut réaliser une étude de viabilité commerciale et marketing, c’est à dire étudier principalement quel sera l’usage de l’innovation et pour quels marchés et quels clients. Il faut trouver les arguments qui feront changer d’avis les clients potentiels. Il ne s’agit pas de lister les fonctionnalités du système mais de savoir en quoi ce système est le meilleur du marché. Le dernier point important de l’étude est le prix de la solution face à la concurrence.

Le résultat de ces études permet d’analyser la viabilité financière. Tout d’abord, il faut déterminer le niveau de financement requis. C’est-à-dire avec quels capitaux commencer afin de débuter une industrialisation, au moins à petite échelle. Une fois ces coûts estimés, il faut savoir si l’on est capable de financer les futurs investissements soit grâce à de l’autofinancement, soit grâce à des ressources extérieures, donc à des investisseurs. Pour terminer cette étape, il faut calculer et analyser le seuil de rentabilité. Cela peut résulter en un abandon du projet.

Un fois un projet jugé économiquement viable, il faut se lancer dans l’aspect financier et technique. En d’autres termes, trouver les compétences et trouver le capital. Ce sont les étapes les plus compliquées. En effet pour s’assurer de la pérennité du projet, il faut avoir confiance dans ses équipes et savoir garder ses investisseurs.
Beaucoup d’entreprises ayant les moyens de mener un projet de diversification savent faire du management and acquisition ; c’est-à-dire trouver les cibles, trouver des intermédiaires puis s’en rapprocher. Le problème pouvant se poser est l’intégration. Si la culture de l’entreprise correspond à la personnalité de la personne recrutée, son efficacité et sa motivation seront beaucoup plus importante que si l’entreprise ne lui correspondait pas.
Il faut ensuite avoir une bonne démarche de gestion de projet afin d’être le plus optimisé possible pour éviter d’éventuels manques de ressources ou de coordination. Le but est de procéder à un découpage du projet en plusieurs parties. Cela permet d’avoir une meilleure maîtrise des sous-ensembles et permet de procéder facilement à une planification.